Aussi riche que le roi – d’Abigail Assor : la guerre contre la pauvreté au Maroc de 1994

Casablanca en 1994. Sarah est une lycéenne française vivant avec sa mère Monique dans un quartier pauvre, près du bidonville. Le père est absent ; l’adolescente ne l’a jamais connu. Ayant quitté Cannes pour Casa, la famille est très pauvre. La mère fréquente des hommes et en reçoit dans son lit pour survivre. Sarah sort avecLire la suite « Aussi riche que le roi – d’Abigail Assor : la guerre contre la pauvreté au Maroc de 1994 »

Deux nouveaux recueils poétiques d’Abdellatif Laâbi : léguer la passion de l’humanité à la jeunesse

Après son recueil poétique Presque riens, Abdellatif Laâbi publie deux recueils de poésie-jeunesse accompagnés d’illustrations : Ouvrons l’œil du cœur, et Ce que poète désir. Pour lire la critique du précédent livre, cliquez ici: Presque riens 1-Ouvrons l’œil du cœur ! Il s’agit de brefs poèmes qui  constituent un éloge de l’humanité à travers l’amour, la paix,Lire la suite « Deux nouveaux recueils poétiques d’Abdellatif Laâbi : léguer la passion de l’humanité à la jeunesse »

Les lumières d’Oujda – de Marc Oho Alexandre Bambe : rendre hommage à l’humanité par la poésie

Après  Fragments  (Bernard Chauveau 2019), Marc Oho Alexandre Bambe publie son nouveau livre, un roman intitulé Les lumières d’Oujda (Calmann Lévy 2020). Un Camerounais est expulsé de l’Italie parce qu’il n’a pas les papiers. De retour au village natal à Douala, il vit auprès de  sa grand-mère, son unique soutien familial après la mort de sesLire la suite « Les lumières d’Oujda – de Marc Oho Alexandre Bambe : rendre hommage à l’humanité par la poésie »

Le passeur – de Stéphanie Coste : de l’Érythrée à la Lybie, le trafic des migrants et la déshumanisation

Près d’une  plage  à  Zouara en 2015, dans cette Libye post-Kadhafi, Seyoum est un célèbre passeur de migrants.  Ces derniers viennent  de divers pays : Libyens, Ethiopiens, Soudanais, Erythréens…Espérant atteindre « le paradis » italien, ils sont  regroupés dans des entrepôts avant la traversée, maltraités et déshumanisés. Ce qui compte pour Seyoum, c’est l’argent. «  J’ai fait deLire la suite « Le passeur – de Stéphanie Coste : de l’Érythrée à la Lybie, le trafic des migrants et la déshumanisation »

Nos longues années en tant que filles – de Hyam Yared : le corps, arme du combat féminin

Après Tout est halluciné (Fayard 2016), Hyam Yared publie son nouveau roman, Nos longues années en tant que filles. Victoria Akabal est le pseudonyme d’une écrivaine libanaise, maman de deux enfants qui  a grandi dans une famille machiste, dans ce Liban déchiré par les conflits et la haine. « Même pour parler, nous n’avions pas accès,Lire la suite « Nos longues années en tant que filles – de Hyam Yared : le corps, arme du combat féminin »

Saturne – de Sarah Chiche : quand les parents dévorent leurs enfants

Après Les Enténébrés (2019), l’écrivaine et psychanalyste Sarah Chiche publie son nouveau livre, un roman intitulé Saturne (Seuil 2020). Armand et Harry naissent à Alger dans les années 1950, pendant la colonisation. Leurs parents Joseph et Luise sont très réputés en tant que propriétaires d’une clinique. Avec les exactions de l’OAS dans les années 1960,Lire la suite « Saturne – de Sarah Chiche : quand les parents dévorent leurs enfants »

Parias – de Beyrouk : le conflit désert-ville dans une amère Mauritanie

Après Je suis seul (2018), Mbarek Beyrouk publie son roman Parias (Sabine Wespieser 2021). Le père est en prison. Il écrit en s’adressant à sa femme qui est absente. Ses mots racontent tous les détails de sa vie. Enfant-orphelin, il naît et  passe une partie de son enfance au campement parmi les bédouins. Son frèreLire la suite « Parias – de Beyrouk : le conflit désert-ville dans une amère Mauritanie »

Ce qui reste des hommes – de Vénus Khoury-Ghata : l’écriture comme thérapie contre la solitude

L’écrivaine Vénus Khoury-Ghata  a publié récemment son tout nouveau roman, Ce qui reste des hommes (Actes Sud 2021). Quelque part à Paris, Diane est une romancière qui vit seule. Son mari Paul est mort ; les nombreux hommes qu’elle a connus ne sont plus près d’elle. Aucun homme pour son lit. Elle paie alors  un caveauLire la suite « Ce qui reste des hommes – de Vénus Khoury-Ghata : l’écriture comme thérapie contre la solitude »

Le violon de Scarlet – d’Ahmed Kalouaz : la vie entre mélancolie et nature

Il s’agit du tout nouveau livre de l’écrivain Ahmed Kalouaz ; recueil de nouvelles intitulé Le violon de Scarlet. Le recueil comprend une dizaine de courtes nouvelles. Les  fictions racontées sont diverses : de ce passionné qui va à New York sur les traces de Scarlet Rivera et son violon, jusqu’à ce patient qui comble son séjourLire la suite « Le violon de Scarlet – d’Ahmed Kalouaz : la vie entre mélancolie et nature »

Le miel et l’amertume – de Tahar Ben Jelloun : famille décomposée, société désorientée, Maroc amer

Après L’insomnie (Gallimard 2019), Tahar Ben Jelloun publie son nouveau roman  Le miel et l’amertume. Pour découvrir les autres livres de la littérature marocaine cliquez ici: Maroc Un  couple vit à Tanger. Le mariage a été arrangé selon la tradition dans les années 1980. Mourad, le mari, est un salarié de l’administration publique, sceptique, parfoisLire la suite « Le miel et l’amertume – de Tahar Ben Jelloun : famille décomposée, société désorientée, Maroc amer »