La fuite vers Samarkand _ d’Abdellatif Laâbi : le poète et son double

Après une anthologie de poèmes pour la jeunesse (Ce que poète désire 2021) , Abdellatif Laâbi publie son nouveau livre, un récit intitulé  La fuite vers Samarkand (Castor Astral 2021).

Pour lire la critique du précédent livre cliquez ici: Ce que poète désire

Monsieur  Barde est un écrivain, traduit dans plusieurs langues, considéré comme l’une des grands plumes contemporaines, qui  préfère pour autant l’isolement et repousse la médiatisation.

Ce livre offre des confidences de Barde, ses souvenirs, son Moi profond…Ainsi, on découvre son enfance dans son pays natal  au Maghreb, ses années de prison, sa relation avec son épouse-amour, ses lectures, son écriture, ses amitiés, son humanisme…et notamment sa rencontre  « sentie proche » avec la mort.« Son enfance est son trésor » (p18)

A quoi aboutira ce périple intérieur de Barde ? Quel est le lien avec la cité légendaire Samarkand ? S’agit-il d’une autobiographie de Laâbi ?

Le livre est un récit à caractère  autobiographique. Monsieur Barde est donc l’auteur Abdellatif Laâbi. Cependant, le récit est raconté par un narrateur absent, omniscient ; le lecteur découvre ce caractère autobiographique grâce aux éléments glissés par l’auteur comme sa date de naissance, les noms d’amis, la ville natale (Fes). En plus du fond autobiographique, l’auteur a orné son récit avec du beau et d’autres éléments littéraires comme l’insertion de lettres et poèmes, les belles tournures et métaphores, des rêves, la ville de Samarkand…Ainsi, on peut dire qu’il s’agit d’une autofiction (autobiographie romancée).

Le choix du narrateur absent n’est pas  fortuit. La modestie de Laâbi en est une raison certes, mais la raison majeure réside dans les avantages du dédoublement. Barde est le « double » de Laâbi ; ce regard extérieur lui permet de mieux se dire en toute objectivité, d’aller loin à l’intérieur de lui-même sans sentimentalisme, de réussir ce qu’il qualifie de « réalisme intérieur ».  Cette technique est présente dans son recueil de poésie « Presque riens » où il parle de lui-même avec les pronoms absents (Il, lui) dans certains poèmes.

Lire aussi: Presque riens de Laâbi

Ecrit en période de Covid-19 (confinement, déconfinement), le livre a un caractère imprévu. Autrement dit, un livre qui s’écrit dans l’instant, qui avance sans chemin. Cela rappelle son récit  Le livre imprévu  quia tant de points communs avec ce nouveau texte.  « Ce livre avance, tel un train sans conducteur » (p49)

La  poésie est omniprésente. L’auteur lui fait l’éloge explicitement et insère de temps en temps des poèmes. De même, certaines phrases de sa prose sont imprégnées de grande poésie. Cela procure au livre une grande qualité esthétique. Cela distingue aussi ce dernier  des autobiographies classiques qui sont tellement centrées sur la vie de l’auteur qu’elles donnent un texte trop simple, voire banal.

Le thème de la mort est également présent.  L’auteur « sent » sa mort proche mais n’en parle pas avec peine ou chagrin. Cela donne au livre un caractère de testament comme si le poète disait adieu à ses lecteurs.

L’humanisme constant de Laâbi est en outre présent. L’auteur  rend hommage à ses amis disparus comme Mohammed Dib et  à l’humanité dégradée par l’Homme.

Sobre et doux, imprégné de poésie et d’humanisme, La fuite vers Samarkand est un voyage au bout de soi et un bel éloge de l’écriture !

***

Point fort du livre: la forme du récit.

Belle citation: « L’amitié, la vraie se reconnaît à la voix. Les gestes, le regard, le sourire s’avèrent parfois trompeurs. Jamais la voix »  (p134)

L’auteur : né en 1942 à Fès (Maroc), Abdellatif Laâbi est un poète, écrivain, et traducteur. En 1966, il fonde la revue Souffles. Sa poésie a été couronnée par plusieurs prix dont Le Goncourt. Il vit en France. Pour plus d’informations sur l’auteur, voici son site officiel: Abdellatif Laâbi.

La fuite vers Samarkand, Abdellatif Laabi, éd. Castor Astral, France, 2021, 169p.

Par TAWFIQ BELFADEL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :