Mokhtar et le figuier _ d’Abdelkader Djemai : dire l’Histoire et le patrimoine d’Algérie par la fiction

Après « Le jour ou Pelé » (Castor Astral / Barzakh), l’écrivain algérien publie son nouveau roman fin 2022 : « Mokhtar et le figuier » aux éditions Le Pommier.

Mokhtar naît dans un douar de la campagne algérienne au temps de la colonisation. Il grandit avec ses parents et grands-parents dans un haouch (habitation rurale  traditionnelle avec une cour). Le figuier est l’élément principal  de la maison, trésor de la famille. 

Un jour, ses parents décident de déménager vers la grande ville. Là, il découvre la mer, les cinémas, et  l’école. Avec le temps, les grands-parents meurent et  la guerre s’intensifie.

Alors Mokhtar retournera-t-il à la campagne, à son figuier ? Goûtera-t-il la liesse de l’Indépendance ?

Le roman offre une fiction imprégnée d’Histoire et de patrimoine. Ainsi, le lecteur suit le destin de Mokhtar et sa famille tout en découvrant des pans historiques et des éléments du patrimoine algérien à travers traditions, mots du dialecte algérien, transcription de l’oralité…

L’Histoire est une grande source d’inspiration pour le romancier Djemai ; elle  constitue l’arrière-plan et le fil conducteur du récit. Ainsi, réel et fiction se mêlent intimement jusqu’à la fusion pour créer un entre-deux à la fois réel et imaginaire. Petite et grande Histoire se croisent et se complètent. « Mokhtar avait vécu cette guerre par bribes… »(p120).

Le roman est un éloge du patrimoine algérien.  En plus des nombreux éléments du patrimoine qui nourrissent cette fiction,  l’auteur en  valorise deux qui tissent les parties du roman : le figuier et le haouch. Ils reflètent la culture algérienne, l’attachement aux racines et à la terre natale… »Le figuier lui paraissait peuplé de mystères et de secrets » (p17)

Le roman peint également le fossé, voire le duel, entre campagne et grande ville. Malgré l’adaptation au décor de celle-ci, les personnages n’oublient pas le monde rural qui est symbole de racines.

La nostalgie est en outre présente. A travers la fiction, Djemai offre des souvenirs de son enfance, insère des pans de son passé dans les scènes du récit. Une manière de nouer avec son Algérie natale et son passé lointain.

L’écriture est sobre. La structure est fragmentaire : le roman est constitué de courtes parties titrées. Cette structure attire le lecteur et l’incite à tisser l’ensemble des parties pour reconstruire le tout.

Simple et  doux, nourri d’Histoire et de patrimoine, Mokhtar et le figuier est  un éloge de l’Algérie des ancêtres, et du passé doux-amer.

***

Point fort du livre: transcription de l’oralité

Belle citation: « Le figuier lui paraissait peuplé de mystères et de secrets » (p17)

L’auteur : né en 1948 à Oran, Abdelkader Djemai est un écrivain algérien de langue française. Il vit en France.

Mokhtar et le figuier Abdelkader Djemai, éd Le Pommier, France, 2022, 128p.

Par TAWFIQ BELFADEL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :