Extrait gratuit du roman de Hella Feki : la révolution de jasmin en Tunisie

Avec l’aimable autorisation des éditions JC-Lattès, Lecture-Monde vous offre un extrait gratuit du roman de l’écrivaine Hella Feki, Noces de Jasmin (2020).

Pour lire la critique de ce roman cliquez ici: Noces de jasmin

L’extrait:

Mehdi : brins de jasmin

Tunis, fin de matinée du samedi 15 janvier 2011

Les belles villas de la famille du Raïs et de sa femme Leïla, « régente de Carthage », ont été mises à sac à Hammamet, Tunis, La Soukra, L’Ariana, La Marsa, et j’en passe. Les portes ont été éventrées, les ascenseurs brûlés, les fenêtres défoncées, les richesses pillées, reprises par le peuple spolié. On s’interroge déjà sur l’effet domino que cela pourrait provoquer dans les autres pays arabes. On anticipe sur l’avenir du pays.

Les mots s’écrivent enfin. La presse est en branle,  partout dans le monde. C’est le premier pays arabe  à faire sa révolution. En trois semaines seulement. À peine esquissée, on la nomme « la révolution de jasmin ». On en souligne l’incroyable douceur, peut-être à cause de ce mélange insolite de colère et de retenue, de révolte et de dignité. Le jour, dans la rue ; la nuit, devant l’écran. En vérité, de ces brins de jasmin, nous  avons fait des triques de fortune et des câbles virtuels pour nous défendre.

J’ai été enfermé toutes ces journées, sans aucun autre paysage que le ciel bleu immaculé de Tunis. Ce matin, je ressens une légèreté troublante. J’attends Essia avec hâte. Elle me plaît.

Je quitte l’immeuble, et je marche le long de l’avenue Bourguiba. Dehors, la foule s’est transformée. Elle est apaisée, discute, rit, s’amuse, raconte. L’activité commerçante reprend. Les gens ouvrent à nouveau leurs boutiques. Ils sifflent, chantonnent, sont heureux.

Au détour de la place de l’Indépendance, à l’intersection de l’avenue de France, je croise le gardien de prison. La dernière fois que je l’ai vu, c’était il y a quatre jours. Ensuite, il a soudainement disparu. Il me raconte ce qu’il a subi. Ils ont lu ce que j’avais posté sur les réseaux sociaux. Ils ont fait le lien. Ils l’ont arrêté. Ils le lui ont fait payer. Ils ont fouillé son téléphone. Ils ont découvert ses convictions politiques : il est l’un de ces opposants au régime. Son identité de gardien tortionnaire lui avait permis jusque-là de se protéger. Il a finalement réussi à s’enfuir. Il ne reparle pas des textes érotiques que je lui ai écrits. Aujourd’hui, en discutant avec lui, je scrute son visage sombre. Ses yeux sont traversés d’une lueur audacieuse, amère, belle et douloureuse à la fois, presque impossible à définir. Dans un élan désespéré, il invoque la miséricorde d’Allah et la loyauté de ses fidèles. Il paraît effrayant, tout à coup, dans cette ferveur démesurée. Puis, il s’éloigne dans l’aurore indécise.

Sur son menton ont poussé des poils de barbe. Drus.

Grisonnants.

HELLA FEKI

***

Merci aux éditions JC-Lattès pour l’autorisation de reproduction.

Il est interdit de reprendre cet extrait intégralement ou partiellement dans un autre média ou support qu’ils soient en papier ou numériques. Pour cela, il faut contacter l’éditeur.

L’auteure : 38 ans, Hella Feki est professeure de lettres et formatrice d’enseignants. Elle a grandi en Tunisie et vécu dans divers pays dont la France, l’Inde, le Sénégal…

Noces de Jasmin, Hella Feki, éd. JCLattès, label La Grenade, France, 2020, extrait pp-197-199.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :